Le Tronquay dans le calvados sur le Site officiel de l'Intercom Balleroy Le Molay-Littry

La commune du Tronquay

"Le Tronquay" située sur l'Intercom Balleroy Le Molay-Littry vous accueille..

La commune du Tronquay

le conseil municipal du Tronquay

Canton de Trévières
Arrondissement de Bayeux
Superficie : 1 307 ha
Population 1999 : 644 hab
Habitants les Tronquinois
Origine du nom : du latin truncus « tronc »

Heures d’ouverture de la mairie
Lundi : 15h00/18h00
Mercredi : 9h30/11h30
Jeudi : 14h30/17h00

Le conseil municipal :

AVIS : la commune envisage d'effectuer des travaux d'assainissement pluvial le long de la route de Campigny et de la Longue Rue, sur environ 2 km.
Travaux à réaliser avant le 1er mai 2012.

Pour toute information contacter la mairie aux heures d'ouverture.

L'histoire du Tronquay

Dans le bois du Tronquay se trouvait autrefois une enceinte fortifiée de forme carrée nommée “chateau goubian”, qui pourrait être d’origine gallo-romaine. Mentionné pour la première fois en 1180, Le Tronquay est un village essentiellement forestier jusqu ‘au XVIIIe siècle. Le roi de France Louis XIV donne les bois du Tronquay et du Vernay à messire Jean de Choisy, seigneur de Balleroy, en échange d’un terrain et d’un appartement à Paris. Ces bois sont en partie défrichés. François de Nesmond, évêque de Bayeux, érige Le Tronquay en paroisse et Jacques de la Cour, nouveau marquis de Balleroy, bâtit l’église en 1716 et installe une poterie dans le bourg vers 1750. La localité devient rapidement l’un des principaux centres de fabrication de poterie normande avec Noron-La Poterie. Le Tronquay ne compte que 100 habitants au début du XVIIIe siècle, mais la population atteint 1 182 habitants en 1852. Guillaume Chuquet, nommé curé du Tronquay le 2 janvier 1781, est élu maire de la commune en janvier 1790. Le 28 janvier 1791, il démissionne après avoir refusé de prêter serment à la Constitution. Il est cependant curé jureur deux jours plus tard.

Eglise Saint-Jacques XIXe siècle :
Construit en 1716 par Jacques de la Cour, seigneur de Balleroy, l’ancienne église devient rapidement trop petite. Dévastée par un ouragan en 1833 et menaçant ruine en 1852, elle est démolie et remplacée par un édifice néo-gothique construit au même endroit. Le chœur et la sacristie sont édifiés en 1856, et la nef et la tour en 1873 et 1876. Le Tronquay est érigé en paroisse par monseigneur de Nesmond, évêque de Bayeux, 1711. Le vocable de saint Jacques est donné à l’église primitive en raison du patronyme de son bienfaiteur.

Vue sur Eglise saint Jacques - Le Tronquay

Chapelle Notre Dame - Le Tronquay


Chapelle Notre-Dame XIXe siècle :

En 1748, lors d’un défrichement, une statue de la Vierge nichée dans la fourche d’un chêne est découverte.

En 1857, la population donne 2 845 francs pour construire une chapelle afin de donner un toit à l’œuvre d’art. Elle est bénie le 24 mai 1868.

En 1957, lors de la célébration de son centenaire, l’édifice est doté de vitraux racontant son histoire.

Un « miraculé » y a déposé ses deux cannes en ex-voto. Dans le langage populaire, la chapelle Notre Dame de la Troche, du nom du quartier, est devenue Notre Dame du Tronc pour recueillir les dévotions.

Au Grès Normand XIXe siècle, La Tuilerie

Dès la fin du XIIe siècle, le banc d’argile situé dans le sous-sol de la forêt du Tronquay est utilisé pour la poterie traditionnelle de grès au sel.

Au Tronquay, les taillis appelés «les fosses » sont d’anciennes carrières d’argile. Rouge en profondeur, la terre dite « terre de Noron » est recouverte d’argile jaunâtre dite « terre du Tronquay ». En fin de cuisson, le potier jette dans le four plusieurs poignées de sel marin. Les vapeurs de sodium, au contact de la silice contenue dans l’argile, déposent une fine couche de silicate de sodium sur les poteries. Cela leur donne un aspect plus ou moins brillant suivant l’emplacement de la pièce dans le four. Il s’agit de l’une des seules terres qui ne soit plus poreuse à partir de 1 180°, sans aucun besoin d’émaillage.

Un extrait des comptes de l’Echiquier indique qu’en 1190, les potiers payent une redevance pour la terre qu’ils prennent dans la foresta de truncheio. Charles-Auguste de la Cour est à l’origine, vers 1750, de l’implantation de l’industrie potière au Tronquay. L’industrie de la briqueterie-tuilerie est arrêtée à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

L'Intercom Balleroy Le Molay-Littry - Communauté de communes - Les Ecoles - 1336 Route de Balleroy - 14330 Le Molay-Littry - Tél : 02 31 21 42 27 - Fax : 02 31 21 47 77
Horaires d'ouverture : du Lundi au Vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00
Conception et hébergement ehoui